© Antonin MABILLE

>>>>>>>>>>>>>================S=A=N=S====S=0=L=E=I=L======================================================================================>>>>>>>>>>>>>

19H30 travail terminé = le métro est bondé mais j'ai réussi à me coller à une vitre = avoir un champ visuel large ça compte => on sort de terre = partie aérienne du trajet = lumières de la gare du Nord, puis de la gare de l’Est = Impossible de prendre les gens il y a trop de monde, alors je cadre à travers la vitre = tentacules de chemins de fer === Autre soir === je rentre tard = dans le wagon il y a plus de place = face à moi un homme fatigué la lumière est superbe sur sa peau noir = une semaine après en développant le film je découvre qu'il a un œil ouvert = au moment du déclenchement je pensais juste que cet homme dormait, en fait il jetait un œil à la carte des stations === Je sors d'une soirée = dans le bus de nuit : des jeunes se vannent, d'autres cuvent, d'autres dorment = Lui, il lutte pour ne pas rater son arrêt, mais sa tête est maintenant contre la vitre = les bulles de lumière à l’extérieur dessinent un rêve === Dans une autre ville c'est Noël des enfants jouent à l’intérieur de bulles d'air géante sur l'eau en plein air > enfermé en plein air < image intéressante = sous terre dans les wagons j’imagine ces bulles serrés > sphère intime < que chacun tente de préserver même dans ces boite à sardine ferroviaire === Le train est a l'arrêt, depuis 20 min il stationne, le conducteur nous dit qu'il va repartir = Parfois on ne sait même pas pourquoi on est arrêté = les gens sont particulièrement patient === Le temps s’étire en souterrain ===  Attendre le train = non = attendre le bon train = attendre qu’il ouvre ses portes = attendre qu’il les ferme et qu’il reparte === Charles de Gaulle Étoile = quais de la ligne 01 = la station est en travaux depuis hier = Au mur les espaces publicitaires sont déjà répartis === Trop de pub dans les quotidiens gratuits = cet homme en costume vient de jeter le journal libre service du jour, et soutient sa tête entre ses mains, peut être n’aime t-il pas, comme moi, ressentir que les jours se répètent = il change la musique de son baladeur, moi je prends une photo > tuer la routine, en capturant quelque chose d’unique qui ne pourra pas se faire un autre jour < === 00h00 = à Bastille, un groupe de gens vient lire des passages choisi de la bible; certains écoutent, d’autres dorment sur leurs chaises > drôle et affligeant < un autre soir au même endroit un homme vêtu de noir parle dans un micro = encore un illuminé? = non = un chanteur qui fait la satire des religions === La nuit ce n'est plus les reflets de la rue que nous offrent les boutiques mais leurs intérieurs = On trouve le sosie d'Hitchcock qui tient des registres a la sortie du moulins rouge et une pizzeria de Strasbourg Saint-Denis qui a vraiment posé une Vespa sur son comptoir === Á 2h30 du mat la serveuse du traiteur chinois est plongé dans un livre, mais à quelle heure ferme t-elle ? === Je m'éternise dans ce bistrot = il est à coté du travail et ses prix ne sont pas évalués sur la cote immobilière du 17ème arrondissement = Certains appellerait ça un rade = c'est juste un bistrot avec des habitués fidèles = Comme lui, personne ne viendrait prendre sa place, chaque soirs il s’assoit au même endroit = Après ou pendant son désert: il pique du nez = Le patron finit toujours par le réveiller = il n'a pas de toit mais paye toujours ses repas = Ce doit être un privilège de vouloir échapper à la routine, pour lui ce qui compte c’est de pouvoir dîner chaque soir à la même table === Autre bar, il y a cette fille au comptoir qui m'a grillé, elle était tellement bien placée pour motiver une photo alors... === Nouvelles rue de la soifs, nouveau quartier tendance dans le 11eme, Il y a ce bar où le proprio a réussi a fermer plus tard que les autres, on ne veut toujours pas rentrer alors on se finit là = Mais les consommations sont trop chères = et comme la musique est trop forte, on ne peut pas tenir de conversation = alors on sort et chacun rentre chez soi avec un étrange goût amère dans la bouche === D’autres soirs je rentre trop tard = et là plus de métro je vois les fêtards qui restent sur le trottoir de la boite qui vient de fermer, et puis il y a ceux qui nettoient la voie = Après eux, presque le silence, un bus de nuit passe = puis j'entends les oiseaux > Ils se réveillent? ou la ville s’endort? < Reste un chien seul dans une caisse, que fait son maître à 4h du mat, le chien n'a pas l'air de paniquer = puis des maisons surprenantes et des ombres fantomatiques côtoyant les derniers marcheurs avant de régner jusqu'au levé du soleil=========================photos=et=textes=============================ANTONIN===MABILLE=====================================2015============================================